Razer Ornata Chroma

Razer Ornata Chroma

2 tests d’experts - Aucun avis d'internautes

7.0/10
22

S'abonner

0

0

Je le veux

0

Je l'ai

0

Je l'ai eu

0

Nous avons réuni 2 tests du Razer Ornata Chroma. Les experts notent Razer Ornata Chroma 7/10 et les internautes NAN/10. Retrouvez sur TestMateriel.com les tests, le meilleur prix, les avis des utilisateurs du Razer Ornata Chroma et d'autres Clavier Razer.

  • Ecrire un avis
  • Démarrer une discussion
  • Poser une question
  • Demander de l'aide

Evaluez ce produit sur une note de 10 :

Ecrire une discussion

Vous rencontrez un problème ? Vous souhaitez partager une info ? Vous ne savez pas quel produit choisir ?

Titre (requis)

Décrivez votre message (requis)

Tag : - Général : - Aide : - Bon plan : - Astuce : - Guide : - Question :

Ecrire une question

Vous avez une question à propos de Razer Ornata Chroma ?

Titre de votre question (requis)

Décrivez votre question (requis)

Demander de l'aide

Vous avez un problème avec Razer Ornata Chroma ?

Titre de votre demande d'aide (requis)

Décrivez votre problème (requis)

Test Razer Ornata Chroma

Les Numeriques

Ajouté le : 01/2017

Lire la suite...

6.0/10

Razer Ornata Chroma : un clavier à interrupteurs hybrides "méca-membrane"

Plébiscités par les joueurs, les claviers à interrupteurs mécaniques conjuguent réactivité et longévité. Reste que les interrupteurs à membranes en silicone ont toujours la cote (toucher plus souple, bruit moindre, mais moins réactifs et moins endurants). Avec ses interrupteurs "méca-membranes", Razer propose une solution hybride pour ceux qui souhaitent à la fois le toucher de la membrane et le retour tactile à clic du mécanique. Voyons si l'Ornata profite du meilleur des deux mondes ou s'il hérite des défauts de chaque technologie. Comme pour la plupart de ses périphériques, Razer reste dans la sobriété avec son Ornata Chroma et nous n'allons certainement pas nous en plaindre. Nous sommes ainsi face à un clavier intégralement en plastique noir mat, légèrement granuleux et donc peu sensible aux traces de doigts et à la poussière. La base des touches, pour sa part, contraste avec un blanc légèrement translucide conçu pour diffuser au mieux la lumière émise par le rétroéclairage des touches. Les finitions sont par ailleurs soignées. Si l'Ornata n'atteint pas la compacité d'un Suora, par exemple, son encombrement reste dans la moyenne pour un clavier à pavé numérique (463 x 154 x 31 mm). Il est en revanche assez haut, en particulier à sa base, ce qui rend finalement la frappe peu agréable si l'on décide de se passer du repose-poignets fourni. À l'inverse, ce dernier procure un certain confort grâce à sa profondeur et à sa mousse recouverte d'un revêtement en similicuir souple. Reste à voir si ces matériaux résisteront dans le temps, puisqu'ils paraissent tout de même un peu fragiles. Le repose-poignets s'accouple très facilement au clavier grâce à des aimants. Cet accessoire améliore au passage la stabilité puisqu'il ajoute 6 patins antidérapants aux 4 déjà présents sous le clavier ; un détail qui peut paraître anodin, mais qui s'avère finalement important si l'on décide de déployer les deux pieds permettant de surélever l'arrière du clavier et donc d'augmenter son inclinaison, car ces pieds sont dépourvus de patins antidérapants. Hormis ses interrupteurs originaux et son repose-poignets, l'Ornata Chroma ne peut compter sur un équipement particulièrement riche, bien au contraire. Il se contente en effet des 105 touches classiques et ne propose aucune commande multimédia dédiée. Les quelques fonctions de contrôle du volume et de lecture audio-vidéo se font par combinaisons avec la...

CNET France

Ajouté le : 12/2016

Lire la suite...

8.0/10

Test Razer Ornata Chroma

Connu pour ses périphériques pour joueurs, de la souris aux casques, en passant par les claviers et désormais les ordinateurs portables, Razer s'est imposé parmi les marques immanquables de ce secteur. En cette fin d'année, la firme s'attelle à proposer un clavier d'un nouveau genre pour tenter de se distinguer : le Razer Ornata, il a pour particularité d'utiliser un mécanisme mi-mécanique, mi-membranaire, ou "méca-membranes" si l'on se fit à l'appellation marketing. L'idée est de proposer aux joueurs le meilleur des deux mondes : à la fois la réactivité d'un mécanique et le confort d'un membranaire. Vous auriez ainsi le clavier ultime convenant aussi bien à la frappe qu'au jeu pour la modique somme 110 euros en version "RGB", ou 90 pour le modèle uniquement rétroéclairé en vert. C'est moins cher que la plupart des claviers entièrement mécaniques et pour cause ces "switch" hybrides sont moins chers à produire. Alors, meilleur des deux mondes ou enchaînement de compromis ? Réponse dans ce test. En sobriété, si vous le souhaitez Ce que l'on appréciera en premier lieu avec l'Ornata est sa sobriété, lorsqu'il est éteint. Un clavier noir, sans fioriture, sans logo visible et un ingénieux repose-poignet confortable, amovible - fixé magnétiquement - en similicuir. C'est un peu moins bien dans le détail, notamment à cause d'un châssis tout en plastique qui ne fait pas rêver, mais la concurrence ne fait pas franchement mieux dans cette gamme de prix. Disons que tout est parti dans le repose-poignet. Une fois allumé, vous aurez droit à un rétroéclairage "RGB" ou vert uniquement en fonction de votre version. Nous avons testé le modèle RGB, alias "Chroma" chez la marque. Vous pourrez donc sur ce dernier rétroéclairer votre clavier dans 16,8 millions de nuances de couleurs pour des effets arc en ciel à déconseiller aux épileptiques. L'option RGB permettra, a contrario, de profiter d'un clavier pour joueur qui s'intégrera mieux dans un intérieur plus sobre, en optant pour un éclairage blanc uni par exemple. Il s'inscrit ainsi dans la logique de la firme qui tend à faire disparaître les designs voyants de ses produits, on le voit très bien avec ses ordinateurs Blade. Les joueurs ont vieilli, leurs goûts ont changé. Plus membrane que méca Le design est une chose, mais l'important reste évidemment la frappe qui sort ici de l'ordinaire avec ces méca-membranes. À l'usage, il faut faire le constat suivant : les...